Archives par étiquette : Psychologie

Raphaëlle Cazal, « ‘Prolégomènes à une psychologie de l’architecture’ : une forme originaire des ‘Principes' » / « ‘Prolegomena to a Psychology of Architecture’: a Prototype of the ‘Principles' »

IMG_1157Cet exposé s’attache à comprendre le changement de perspective qui est celui de Wölfflin en 1915 par rapport à celle qu’il défendait dans les Prolégomènes de 1886, c’est-à-dire d’appréhender les raisons d’une telle inflexion, tout en saisissant la continuité dans laquelle s’inscrivent ces deux écrits. Les Prolégomènes à une psychologie de l’architecture se présentent en effet déjà comme une tentative de constitution de l’histoire de l’art comme science, prenant appui, pour ce faire, sur une méthode de type transcendantal (réinvesti dans la mesure où l’a priori mis au jour est un a priori concret). La spécificité de la démarche qui y est alors celle Wölfflin réside dans sa volonté de fonder l’expérience esthétique architecturale (la compréhension immédiate de l’expressivité des formes architecturales) et l’histoire de l’art (en particulier des styles), sur le même principe du corps propre vécu et empathique. Ce sont les limites d’une telle perspective (qui ne permet pas de garantir avec certitude l’objectivité de l’historien), qui conduiront Wölfflin, dans les Principes fondamentaux de l’histoire de l’art, à remonter jusqu’à la strate pré-individuelle et anonyme des Sehformen ou Anschauungsformen, et à faire de ces dernières les conditions de possibilité des changements de style.

Raphaëlle Cazal s’appuie, pour décrire la nature de cette inflexion, sur l’article de Mildred Galland-Szymkowiak « Empathie (Einfühlung) et écriture de l’histoire de l’art chez Heinrich Wölfflin ». Elle réinscrit en outre l’approche du jeune Wölfflin dans la lignée de la théorie de l’architecture de Schopenhauer et de Gottfried Semper, et analyse la transformation progressive de son approche, qui se manifeste dès L’Art classique, sous l’influence vraisemblable d’Adolf von Hildebrand.