Archives par étiquette : Humour

Colloque Wölfflin : « Formes et normes. Les catégories de l’histoire de l’art dans un monde global » / Wölfflin Symposium: « Forms and Norms. Art Historical Categories in a Global World »

IMG_1240

Danièle Cohn (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Ouverture

*

Tristan Weddigen (Universität Zürich) & Julia Gelshorn (Université de Fribourg)
Migration of Formalism: Two Case Studies in the Globalization of Art History

Global or transcultural art history sometimes adopts geometry and ornament as a universal language of art as to compare heterogeneous aesthetic phenomena. The first paper will discuss the scholarly work of the Swiss artist and pioneering Indologist Alice Boner (1889-1981). Starting from an interest in Indian dance performed in the late 1920s by Uday Shankar, she analyzes Indian art, especially sculpture, on the basis of a geometrical grid. The paper wants to explore how much her approach globalizes the wide-spread psychological geometric formalism of the turn of the century and how far she localizes it by adding metaphysical and temporal values rooted in Hindu scriptures. The second paper will take documenta 12 (Kassel 2007), the large global exhibition of contemporary art, as an example of a recent discourse, which addresses the globalization of contemporary art in formalistic terms. Under the slogan “Migration of Form”, the curators of the exhibition propose a notion of form as psychic energy circulating between objects, ideas, and subjectivities, in order to avoid presenting all-encompassing concepts or geopolitical identities. The paper intends to show how this discourse relies on the idea of a transcultural and universal notion of form, by recurring to Eurocentric models of formalism.

*

Jean Lassègue (CNRS / EHESS)
Une perspective transcendantale sans table des catégories est-elle possible ? Catégoriel et transcatégoriel chez Ernst Cassirer

Une table des catégories, en tant qu’elle a pour but d’anticiper exhaustivement les modalités possibles de l’objectivation, est une pièce maîtresse de tout dispositif épistémologique visant à préciser ce que l’on entend par réel dans un domaine donné. Wölfflin, dans ses Principes fondamentaux de l’histoire de l’art cherche à élaborer des catégories pour une histoire des arts ; Cassirer, de son côté, élabore une épistémologie de la connaissance qui ne se distingue pas de son développement historique. Or force est de constater l’absence d’une véritable table des catégories chez Cassirer dont la philosophie se réclame pourtant d’une tradition kantienne et néo­kantienne pour laquelle toute détermination objective suppose une anticipation catégorielle. On s’interrogera sur les raisons de cette absence en tentant de comprendre comment la transformation de la notion statique de « détermination objective » en processus dynamique de « constitution des formes de l’objectivation » modifie la nature même de ce qu’il faut entendre par catégorie. La forme proprement transcendantale de l’anticipation n’a donc pas disparue mais elle s’est déplacée du catégoriel au transcatégoriel.

*

Rémi Mermet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / Université de Genève)
Grundbegriffe/Basisphänomene : Cassirer lecteur de Wölfflin

On a depuis longtemps insisté sur les liens historiques et théoriques ayant uni le philosophe Ernst Cassirer aux historiens de l’art Aby Warburg et Erwin Panofsky. On sait moins, en revanche, qu’Ernst Cassirer a manifesté un intérêt croissant pour les travaux d’Heinrich Wölfflin dans les dernières années de sa vie, au point de faire des Principes fondamentaux le paradigme « de toute histoire future de l’art qui voudrait s’affirmer en tant que science ». Il s’agira ici de démontrer qu’au-delà de l’incontournable polarité Kant/Hegel dont hérite l’ensemble de la Kunstwissenschaft, l’attrait grandissant de Cassirer pour les catégories wölffliniennes s’ancre dans un positionnement goethéen de plus en plus assumé. Cette référence à Goethe participe d’un désir d’« objectalité » dont la philosophie cassirérienne de la culture révèle explicitement les enjeux, éclairant en retour le « formalisme » et le « classicisme » wölffliniens d’un jour nouveau.

*

Etienne Jollet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
L’exemple dans l’œuvre d’Heinrich Wölfflin

Principes fondamentaux de l’histoire de l’art : au-delà même de l’ouvrage le plus célèbre, l’œuvre d’Heinrich Wölfflin est caractérisée par la volonté de définir des règles générales de description des productions visuelles. De nombreux exemples sont convoqués. On se propose d’étudier dans cette communication la manière dont ces exemples corroborent et illustrent le principe, ou comment ils l’enrichissent, ou encore en nuancent la portée; la conséquence en étant la nécessité d’étudier de près l’usage de l’illustration photographique, quand on connaît l’importance qu’accorde Wölfflin à l’étude des images ; enfin, on s’interrogera sur la manière dont principe et exemple se combinent avec ce qui fait la spécificité de la démarche wölfflinienne : la comparaison binaire, ou confrontation entre deux œuvres.

*

Jennifer Greenhill (University of Southern California)
“Gamy riddles »: Chasing Morphologies of Visual Humor from Wölfflin’s Day to Our Own

This talk investigates the efforts of late-nineteenth-century critics to categorize modalities of humor, and the challenges posed to these frameworks by multimedia artists such as Mark Twain. Exploiting the glittering evanescence of the humorous utterance, which fascinated him over the course of his long career in literature and on the stage, Twain at times asks to be read as a visual humorist, producing peculiar intermedial forms of humor that exceed the categories formulated by his peers. I analyze such instances in Twain’s late work before discussing related interventions by contemporary artists such as Glenn Ligon, in his recent video installation devoted to the stand-up of Richard Pryor, Live (2014).

*

Sébastien Allard (Musée du Louvre)
« De David à Delacroix » : de l’usage des catégories

*

Christiane Vorster (Universität Bonn)
Klassik und Kanon. Zur Geschichte eines Begriffspaares

>Klassik< und >Kanon< sind in der kunsthistorischen Forschung zwei eng miteinander verbundene Begriffe, obwohl sie ideengeschichtlich weit auseinanderliegenden Epochen entstammen. Der neuzeitliche Begriff der >Klassik< entstand als ein Konstrukt der Aufklärung aus dem Impuls heraus, normative Werte für die Gegenwart in der Vergangenheit zu finden. Der antike Begriff des >Kanon< wurde demgegenüber von einem der innovativsten Bildhauer des 5. Jhs.v.Chr. entwickelt, als zukunftsweisender Leitfaden für ein rational begründetes Menschenbild.

*

Raphaëlle Cazal (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Style et catégories dans la pensée de Gottfried Semper, Heinrich Wölfflin et Henri Maldiney : comment classer les phénomènes artistiques tout en faisant droit à leur singularité ?

L’objectif de cet exposé est de s’interroger sur la manière dont Semper et Wölfflin s’attachent, par leur conception spécifique de la forme et du style, à définir une légalité dans l’histoire des styles qui ne porte pas atteinte à la singularité des œuvres ; et de tenter de comprendre comment le phénoménologue Henri Maldiney réinvestit le paradigme morphologique de l’approche de Semper et celui, formaliste, de Wölfflin, et parvient lui aussi à faire droit à l’unicité des œuvres, en adossant son entreprise non pas à une philosophie de la culture, mais à une anthropologie définie selon une perspective daseinsanalytique.

*

Mildred Galland-Szymkowiak (CNRS / Thalim)
Qu’est-ce qu’un Grundbegriff ? La critique de Wölfflin par Schmarsow

August Schmarsow (1853-1936), historien d’art à Leipzig à partir de 1893 et auteur, dix ans avant les Kunstgeschichtliche Grundbegriffe de Wölfflin, d’un ouvrage intitulé Grundbegriffe der Kunstwissenschaft, a critiqué de manière récurrente (1896-1919) l’entreprise wölfflinienne de détermination de catégories ou concepts fondamentaux pour l’histoire de l’art. Il s’agira ici d’éclairer les objections de Schmarsow à partir de la différence de position des deux historiens quant au rapport entre esthétique et histoire de l’art, quant à la manière de comprendre l’essence de chaque art et les rapports entre les arts, et enfin – tel sera notre angle d’interprétation – quant à la nécessaire réélaboration du transcendantal pour pouvoir fonder sur lui une Kunstwissenschaft.

*

Julien Zanetta (Université de Genève / CISA)
« La dérive commence ! » : l’École de Genève à l’épreuve des catégories de Wölfflin

Les Principes fondamentaux de Wölfflin ont été traduit en français pour la première fois en 1952 par Claire et Marcel Raymond. Cette traduction occasionna, dans le champ des études littéraires, des travaux importants, particulièrement autour des notions de classique et de baroque – on pense notamment aux livres de Jean Rousset ou de Marcel Raymond lui-même, tous deux affiliés à l’École de Genève. L’un et l’autre, à leur manière, tentèrent d’accommoder les catégories de Wölfflin à la littérature : plus qu’un outil propre à délimiter des périodes, les Principes se révélèrent efficaces pour décrire la forme même des textes et préciser des traits stylistiques distinctifs, par exemple, d’un certain baroque français. Mais une telle application peut-elle se faire sans heurts ? N’y a-t-il pas lieu de craindre que le critique, saisi par le démon de l’analogie, fasse « dériver », pour reprendre le mot de Raymond, cette tentative et fausse la justesse de concepts initialement réservés aux arts visuels ? Il s’agira tout d’abord de retracer la genèse de la traduction de Wölfflin, puis de revenir, texte à l’appui, sur la réflexion méthodologique que les Principes exigèrent de la part des critiques de l’École de Genève.

*

Danièle Cohn (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Conclusions